Cette lente remontée de la cote italienne, au moteur est fastidieuse. Ca n’en finit pas. Décidons de profiter du temps calme pour passer une nuit en mer en visant Nettuno marina 190 milles de là.

Partons vers 10h avec un vent faible 2 nœuds, grand-voile haute et moteur 2500 tours, nous traçons vers le nord à 7 nœuds.

Dans l’après-midi, nous croisons Orion au large de Camerota. Ils remontent de la Sicile et s’arrêtent à Camerota pour faire le plein de carburant et repartent vers Macinaggio. Ils en ont marre et ont hâte de rentrer chez eux.

Nous continuons notre route et c’est long, c’est long…

Vers 19h30, nous assistons à un beau coucher de soleil.

Le vent force un peu et la houle aussi toujours plein nez. Nous n’avançons plus qu’à 6 nœuds et cela va aller crescendo. La houle promise à 0.80 de haut est bien là, de face et le bateau tape toute la nuit. C’est l’enfer, impossible d’aller dormir ou de manger, nous passons une nuit horrible. Nous maudissons nos apprentis routeurs qui nous ont entrainés dans cette galère.

Dans le vent, le lazy bag casse et vers 11 h du matin le pilote rend l’âme.

Nous entrons dans la marina vers 15h et passons directement à la pompe la plus chère de toute l’Italie (1.625 € le litre). Puis nous dirigeons vers les places que nous avions réservées (cout de la nuit 70.00 €).

DSC00114

DSC00128

DSC00131

 

De nouveau le bateau a besoin d’une bonne remise en état. Nous passons notre après-midi à ranger, nettoyer, faire des courses, réparer le lazy bag, diagnostiquer la panne du pilote, déboucher l’évier bouché par les croquettes de Fifi…

En fin de journée nous croisons Marie-Mathilde dans la marina. Finalement Orion a décidé de nous rejoindre et de continuer un petit bout de chemin avec nous.

 

DSC00150

DSC00152

DSC00157